Partagez|

(rhiannon) born to die

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Eachann Urquhart
MEMBRES ≡ HAPPY ENDING DOESN'T EXIST
avatar
a land without magic
date d'arrivée : 05/07/2015
mémoires perdues : 317

MessageSujet: (rhiannon) born to die Dim 19 Juil - 14:22


born to die
ft. hansel & gretel
Le corps qu’il finit par délaisser. La gamine qui se débat. Le monstre qui a besoin des corps pour ne plus penser à elle. Pour oublier les envies qu’il ressent depuis des années. La sienne. Son sang. Il ne peut pas la posséder, il ne peut pas la faire sienne. Celui qui repousse. L’aîné. Un soupçon de raison.
Le corps qu’il relâche et la gamine qui s’écroule sur le sol. Les pleurs. Les sanglots encastrés au fond de la gorge et les vêtements qu’il replace, les siens et la robe de la gamine qu’il repose sur le corps. Les doigts autour des bras. Une autre de plus pour vendre. Une blonde de plus pour calmer les envies, pour assourdir les maux et les pulsions. Animal blessé qui ne sait pas vivre sans elle. La seule qu’il peut réellement aimer. La sienne.
Les phalanges se serrent autour du bras de la gamine. Vendeur de rêve. Vendeur de corps. Les blondes qu’il prend pour revendre, pour l’argent, pour vivre. Les traces qu’il ne laisse pas. Pas la moindre envie de finir derrière les barreaux. La gamine qui n’a pas le choix de suivre et qui pleure. Les perles salées qui coulent sur les joues. Les perles mêlées au sang qui teinte sa peau opaline.
Son endroit qu’il retrouve, un autre corps jeté en l’attente d’un acheteur. Le trafic humain. Les gamines à vendre pour un sort mauvais.

Eachann, il fait le chemin vers sa demeure, laisse les enfants derrière, laisse le métier derrière. La maison qu’il retrouve. La maison et cette odeur qui plane en arrière-scène. Cette odeur qui accroche, cette odeur qui s’imprime au fond de son crâne. Le manteau qu’il délaisse et les quelques pas qu’il enfonce dans le sol. L’odeur désagréable.
Les pas qu’il imprime dans le sol et le corps sur le sol. Une des blondes violées, une des blondes qu’il devait vendre. Elle. Elle est là. Debout près de la victime, près de l’enfant perdue, de l’enfant brisée.
Il ne sait pas si elle est vivante, si elle est morte. Un pas de plus. Le visage qui se dessine. Plus rien à faire de la gamine. Plus personne pour l’acheter. Chaire perdue. Gamine inutile.
Le regard qui glisse sur la superbe, celle qu’il ne doit pas aimer, celle qu’il ne peut pas désirer. Eux. Eux qui ne savent pas vivre. Les années enfermées. Les animaux perdus incapables de se comporter en société. Que l’autre pour vivre. Qu’elle pour compagnie. Qu’elle au fond de son crâne. Qu’elle pour attirer les désirs enfouis.
Un pas de plus pour s’arrêter à sa hauteur, un pas de plus pour laisser son regard se poser sur la gamine et il se penche, observe le visage, l’odeur qui prend à la gorge, l’odeur qui empeste dans sa demeure. « Elle est inutilisable maintenant. Tu ruines mon commerce Rhia.» La voix froide. Le regard qu’il repose sur elle. Détentrice des désirs qu’il ne peut consumer. L’unique à ses yeux. Celle qu’il a dû repousser lorsqu’il a fini par comprendre. La raison qu’il tente de garder, mais ça n’a rien d’aisé. Pas avec elle. « Qu’est-ce que tu veux?» Il se relève. Laisse le corps en plan. Ne s’occupe plus de la gamine. Il en trouvera d’autres. D’autres à violer. D’autres à posséder. D’autres à revendre.

_________________

crazy in love
i look and stare so deep in your eyes. i touch on you more and more every time. when you leave I'm begging you not to go call your name two or three times in a row. such a funny thing for me to try to explain how I'm feeling and my pride is the one to blame and I still don't understand just how your love could do what no one else ca. ©️ all right df
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rhiannon Urquhart
MEMBRES ≡ HAPPY ENDING DOESN'T EXIST
avatar
a land without magic
date d'arrivée : 05/07/2015
mémoires perdues : 90

MessageSujet: Re: (rhiannon) born to die Dim 26 Juil - 18:44


born to die
ft. hansel & gretel
La vie grouille derrière les portes closes, de ces enfants choisies pour le sacrifice, des belles arrachées à leur vie pour le plaisir des autres, de ces chiens affamés. Elle le sait, elle connaît le propriétaire des vices, elle voit l’inscription à son visage depuis des années. Le frère aimé qui violente les petites. A la police qu’il aurait été judicieux de courir, de prévenir pour les saccages réalisés, mais Rhiannon n’en a jamais rien fait. Fermant les yeux sur la justice, lui octroyant le droit d’être le monstre qu’il est. Lui laissant la liberté, tout en maintenant les poignets et les genoux à terre. Elle vogue dans une maison trop grande pour elle, la possession d’un mari défunt, d’un épousé uniquement pour obtenir l’héritage. Le marbre résonne de ses pas, belle mélodie qui s’accompagne d’un silence terrifiant. La maison murmure de la solitude. Elle n’est pas faite pour vivre seule, pour laisser le chaos entrer dans son crâne. C’est le besoin des autres, la nécessité de pouvoir prendre appui sur d’autres vies, alors elle enseigne, elle aime la foule d’étudiants, ces regards vissés sur elle. Des dossiers qui s’entassent sur le bureau, de notes prises, des informations qu’elle arrache dès qu’elle le peut – le gout de la lecture pour faire passer le temps d’une vie bien trop morne. Elle fouille dans les tiroirs à la recherche d’une arme, de ce fil qui les étrangle, elles les poupées.

Les pas mènent vers une jolie blonde, d’une qui pourrait être son miroir – à de nombreuses années passées. Elle est belle et Rhiannon reconnaît les gouts du frère, du diable narquois. L’enfant est en confiance, elles ont toujours cette lueur intéressée, cette stupide pensée qu’elle est là pour les sauver. Perdu princesse ! Une main qu’elle tend et les voilà en route pour la gueule du léviathan. La maison du double, là où les atrocités sont créées. Le salon de préférence, sur ce tapis somptueux. Nouvelle acquisition qu’elle suppose. Le nylon s’enroule à la gorge de l’invitée, trace un sillon rougeâtre. Le corps qui se débat et s’en est terminé. Elle chute la belle. Désarticulée, ne reste rien. Le souffle absent. L’envie est soudaine, celle d’y planter quelques instruments, de la voir hérissée mais le geste s’avorte. Pas le temps. Rhiannon prend la maison comme sienne et vogue jusqu’à fouiller la cave où elle débouche une bouteille – pas la plus dégueulasse, évidemment. Un verre de blanc. Le rouge qu’elle laisse au cadavre. Et la voilà revenue dans le salon, à attendre le retour d’un endiablé dont elle imagine aisément la colère. De lui, elle ne craint rien. La porte s’ouvre et laisse passer celui qui enrage déjà. Un sourire qui se faufile aux lèvres carmines. Amusement. Elle le laisse inspecter sa charogne. « Je sais que tu trouveras d’autres gamines… tu en as profité j’espère ? Je serais désolée si tu n’as pas eu le temps de la marquer comme l’une de tes chiennes » Gorgée de vin. Elle ne le regarde même plus. Dégout de ce qu’il peut être. « Je suis seulement venue t’apporter un cadeau » Elle se lève, impérieuse qui pourtant n’arrive pas à hauteur de l’autre, mais qu’importe. Une main qu’elle glisse au dos. « Et voler une bouteille… éventuellement »


_________________




    I DARE THE DARK TO EAT ME FIERCELY. And she speaks in a voice that sets men trembling, with eyes painted gold and a throne built on the bones of those who would challenge her rule. She rules with iron fists, with the cracking of cathedrals, with the love and the fear of her vast wild armies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(rhiannon) born to die

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Born to kill all lives...
» [Novembre] Byul Steampunk Rhiannon
» 02. You and I, we were born to die
» You and I, we were born to die - AZAZOU
» 05. Born to be bad

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DUSTLAND FAIRYTALE :: ABERDEEN :: les peintures écarlates :: habitations-